Oïeske: une journée d’ateliers yoga, shiatsu et méditation pour petits et grands

oieske_affiche_web

 PROGRAMME

Trois sessions rythmeront la journée:

ÉNERGIE, SOUFFLE, DÉTENTE

11h00-17h00 – Session de yoga (jeunes et adultes) avec Charlotte Verdin
Nous visiterons quelques postures (asanas) de base pour nous reconnecter à la source de notre énergie vitale.
En cultivant présence et bienveillance, nous rencontrons notre respiration naturelle et la détente du corps et de l’esprit.

MÉDITATION TERRE-CIEL

14h00-15h15 – Atelier (jeunes et adultes) guidé par Karel Hoebanx
Comment trouver une assise stable et confortable à l’aide du support de la chaise?
Un atelier pour développer l’ancrage et l’ouverture et méditer en profondeur.

LE SINGE ET LA GRENOUILLE

15h00-16h30 – Atelier familial animé par Charlotte Verdin et Alice Boscq
Après quelques postures et exercices de respirations simples et rigolos pour petits et grands, place aux soins énergétiques en famille! Rien de tel que de petits massages et des gestes simples issus du shiatsu pour raviver les liens avec nos petits, favoriser la relaxation et soigner les petits et grands bobos de la vie.

Un déjeuner bio, local et végétarien sera servi à prix raisonnable entre 12h30 et 13h30.

LES INTERVENANTS

ALICE BOSQ

Musicienne et historienne de l’art, Alice s’est formée au shiatsu à la Yosiedo Academy auprès de Kawada Sensei. Son travail énergétique puise également des ressources dans les arts du Qi gong, du Kung fu et du Tai chi, qu’elle pratique au sein de l’asbl Zone libre. Elle allie son travail de musicienne à la pratique énergétique dans une recherche de l’expression de l’instant.

KAREL HOEBANX

Karel est thérapeute énergétique. Il soigne et accompagne les personnes qui traversent des difficultés et/ou des périodes de questionnement. Son parcours de formation intègre différentes techniques dont : harmonisation des chakras, thérapie holistique, méditation, techniques d’ancrage, Nadiki, Reiki, Life Coaching et arts plastiques.

CHARLOTTE VERDIN

Initiée à la pleine conscience et à la méditation dans la tradition tibétaine dès 2007, Charlotte Verdin a une certification d’enseignement en yoga reconnue par la Yoga Alliance International. Son parcours tisse des traits d’union entre travail énergétique, recherche artistique (arts plastiques, danse/performance, écriture et vidéo) et communication synergique.

RECOMMANDATIONS

  • Portez des vêtements dans lesquels vous vous sentez à l’aise, qui vous permettent de bouger librement;
  • Présentez-vous entre 5 et 15 min avant le début de l’atelier;
    Chaque session peut être suivie individuellement;
  • Les places étant limitées, il est recommandé de s’inscrire en envoyant un mail à charlotte.verdin@gmail.com;
  • Espace à disposition pour les tout-petits avec coin allaitement à l’étage (les enfants sont encadrés par leurs parents);
    Participation libre et consciente

À PROPOS DU YOGA

Loin d’un concours de souplesse, ou d’un hobby tendance, le yoga est pour moi une opportunité d’être présent-e à ce qui est là, en nous et autour de nous. À la racine du terme yoga, « YUJ- » (sanscrit) signifie unir, joindre, relier. Le yoga ne se limite pas aux postures physiques (les asana), mais comprend, entre autres, des principes éthiques, de la méditation, le travail du souffle.

Frida et moi

Être parent est une aventure indescriptible, pleine de joies, de surprises, de bazar. Mais pas que. Une fois mère (je suis maman de deux garçons, Gaspard, 5 ans et Cyril, 3 ans), la jeune femme que j’étais s’est sentie un chouïa isolée. Un peu dépassée. La fille active, un peu artiste, qui avait une vie sociale et professionnelle intense, épanouissante, s’est retrouvée sur le carreau. Et pendant mes congés de maternité, c’était carrément, avouons-le, l’insupportable sensation d’être clouée à la maison.

frida_atelier

J’ai longtemps cherché un endroit accueillant, tranquille, où me poser en présence de mes enfants. Un endroit peinard où nous pourrions, parfois tous les quatre mais aussi à deux, ou à trois, le mercredi après-midi, ou le samedi matin, passer du bon temps, rencontrer des gens, bouquiner, découvrir de nouveaux jeux, participer à des échanges… dans une ambiance détendue. Un endroit où je puisse me sentir relax, parce qu’une maman a commencé à raconter des histoires et que du coup, je peux souffler un peu… ou répondre à un mail. Un endroit où je puisse être à l’aise, même si le petit parle un peu fort, ou qu’il a envie de danser. Où, en jettant un œil sur eux alors que je suis en pleine conversation avec une nana super sympa avec qui je me découvre plein d’affinités, je puisse me dire « Cool, le grand apprend un nouveau jeu avec un nouveau copain ! » Et devinez quoi ? J’ai pas trouvé.

FRIDA_ok.indd

Après avoir bossé presque dix ans dans des « structures classiques » (entendez hiérarchie pyramidale et ses dix milles tonnes d’absurdités), j’ai éprouvé le désir d’investir mon énergie dans un projet plus en phase avec mes valeurs fondamentales : écoute, bienveillance, coopération, entraide, écologie, partage. Et là… Je suis tombée sur Frida.

Et j’ai complètement flashé sur le projet. Ouvrir un café ? Coopératif ? Et familial ? À Bruxelles? Je ne demandais pas mieux. Bosser avec des nanas hyper chouettes, pleines d’énergie, motivées, talentueuses ? Que rêver de plus ? Organiser ou animer des ateliers d’échange de pratiques et d’éveil autour de thématiques plus intéressantes les unes que les autres ? Non peut-être ! Participer à la construire d’un autre modèle économique, plus juste et solidaire ? Je n’attendais que ça.

Et me voilà embarquée dans cette nouvelle aventure, des idées plein la tête et, dans le cœur, une folle envie de vous rencontrer et de construire avec vous, j’espère, le demain de FRIDA.

FRIDA EN QUELQUES MOTS

Frida est un café coopératif familial en projet. Cette super initiative, imaginée par Catherine Detaille, est portée par deux autres super chouettes mamans, Aurélie Bertozzi (co-fondatrice de Marcel & Fifi) et Laurence Langlois.

Pour ceux qui auraient envie de voir de quoi il en retourne, ça tombe bien, le prochain rendez-vous avec les coopérateurs est fixé le jeudi 15 novembre à La vieille Chechette (1060).

EN SAVOIR PLUS

http://frida.brussels/

https://www.facebook.com/frida.brussels/

https://www.instagram.com/frida.brussels/

 

 

 

 

 

Quel monde du travail voulons-nous?

participation_VS_participation

Il y a deux semaines environs, j’ai participé à un module sur le modèle coopératif animé par SAW-B. Impossible à résumer, cette session m’a permis de comprendre les grands axes du mouvement coopératif et, surtout, d’envisager en quoi ce mode d’organisation constitue une réelle alternative à notre modèle économique actuel, et cela à long terme. Je posterai tout de même d’ici quelques jours un aperçu plus complet de ce qui me semble essentiel à retenir de cette journée passionnante.

Brèche(s) en amont d’une rénovation #3

  Une maison dans une rue en pente, à l’extrémité du quartier des Coteaux.

Des rencontres parfois passionnées, enjouées, fatiguées autour d’un même désir, un même plaisir: déplacer les habitudes et des les certitudes, interroger le(s) regard(s), trouver, quelque part, quelque sorte d’harmonie.

Un couple et un bébé, et le rêve d’un espace baigné de lumière.

En amont d’une rénovation

« En amont d’une rénovation » est cycle de rencontres initiées par le plasticien Roch Barbieux. http://rochbarbieux.wix.com/enaduner Un projet collectif où j’aurais le plaisir de partager une sélection de travaux en cours, appelé « brèche(s) ».

Brèche(s) S’affranchir de l’oeil qui découpe, accroche, fige, délimite.  Frémir sur la musique silencieuse et douce et sauvage des pulsations suaves ou saccadées de la peau. S’immiscer dans les profondeurs d’un territoire inconnu, étrange et pourtant familier. Respirer.

Infos pratiques

  • Samedi 11 et dimanche 12/07 de 14 à 18 heures
  • Rue de la Consolation 17 à 1030 Schaerbeek

Prolongation et improvisations musicales Le samedi à 18 heures, Claire Bourdet et Karel Coninx s’armeront de leurs violons pour le bonheur de nos sens. Le dimanche après-midi, les musiciens sont invités à participer à une session d’improvisation.

Impasse temps: occupation collective d’un lieu avec l’atelier du mardi

Migration temporaire, itinéraire hétéroclite de la rue des Tanneurs à la rue de Flandres.

Impasse tempsÀ vélo, avec des bananes, apeurés par la fragilité des murs, enchantés par leur pudeur, en déplaçant des sacs de plâtre ou dans une perspective archéologique, avec entêtement ou en dilettante…

Le temps d’une semaine, ou d’une soirée, à trois, quatre, cinq, six, huit… ils ont pénétré ce petit rez-de-chaussée. Des briques, une vue plongeante à travers les poutres. Le regard qui se faufile du sol aux fragments de ciel et qui bute ou se repose sur des objets endormis.

Fauteuils de velours élimé. Plantes et racines s’agrippant aux parois de bocaux de verre opaques, planches et tiges de métal s’élançant en travers des voies parallèles.

Dans cette maison-squelette, sombre mais habitée de rayons de lumière, le crayon ou le pinceau à la main, retenir et graver des impressions fugaces ou des visions éphémères sur un bout de papier, de planche ou de bois.

Aude’s cookies (détails)

Image

audescookies_detail_3_380x506ImageImage

audescookies_detail_6_380x506

C’était début décembre. Elle a apporté deux boîtes de biscuits aux pépites de chocolat. « Ils sont pas bons », elle a dit. Elle a dit « J’en achèterai plus. »

Mais elle les mangeait quand même pendant la pause. Quand la pose reprenait (après que Marcel eût tapé dans ses mains), elle les posait sur le tabouret à côté du matelas où elle posait. Sur « Le grand livre de la pêche », qu’elle avait chiné chez Pêle-Mêle.

Aude 1 – Noël 0.

Plus besoin de se casser la tête pour le cadeau de papa.

Sans s’opposer à ma position, elle s’était posée comment bon lui avait semblé. Ce jour-là, Aude avait gardé sa culotte, comme toutes les autres modèles d’ailleurs.

Une culotte zèbre.