dérouiller les phalanges

::: tapoter du clavier, presser « enter », sentir le moelleux de mes doigts s’écraser contre le support à la fois fixe et flexible de la touche ::: simultanément, lire les lettres qui une à une s’affichent à l’écran :::

Départ

::: m’immiscer sur la toile en mon nom :::

::: ça fait du bien :::

::: une envie : replonger dans les méandres de l’écriture et laisser mon esprit dériver sans but précis : une sorte d’exutoire, une table d’atelier, un melting-pot d’extraits littéraires protéiformes :::

::: avant-tout, construire un espace pour mes dessins et ma recherche artistique ::: une sorte de journal ouvert sur mes quêtes, qu’elles soient tracées sur le papier, à l’encre ou au fusain, ou qu’elle glissent à travers mes doigts pour laisser apparaître les mots que je pianote en ce moment sur l’écran :::